RoN aSHeToN No FuN

Ron Asheton

RoN aSHeToN No FuNRoN aSHeToN No FuN

(17 juillet 1948 – 6 janvier 2009)

C’est l’un de mes grands héros. Ils partent à une vitesse en ce moment, ça fait frémir …
Asheton, c’est celui qui incendia et radicalisa ma petite vie de lycéen.
Ses riffs soniques ! Ses power-chords décalés ! Ses notes déglinguées en wah majeure !
Et cette disto coup de semonce ! De semence ?
Les Stooges, j’ai été de leurs premiers défenseurs dès que 1969 est balancé “meilleur disque pop de la semaine” chez José Arthur.
Pour moi, déjà, bien avant que ce soit officialisé dans les Saintes Écritures du Rock, et tout comme pour le MC5, c’étaient les fils naturels des Troggs, les héritiers directs des Yardbirds (avec Jeff Beck), les ayants droits des Kinks et les petits-fils des Pretty Things. Avec le déluge sonore des Who.

De mon point de vue, les Stooges avaient repris le débat sur la radicalité de la vie quotidienne exactement là où les Stones l’avaient laissé : dans la rue. Les Stones étaient trop dans la jet-set pour comprendre que la déjante et la déglingue avaient changé de continent l’espace du jungle-beat de 1969.
Après Chicago, Chess délaissait Londres et prenait des quartiers à Motor City !
Detroit Rock ? Naaaaa ….. Destroy Rock !

Le faire comprendre était dès lors l’un de mes grands challenges. Une croisade. Toujours pas gagné d’ailleurs.
Et quand Fun House (l’état des mocassins d’Asheton en dit aussi long que les jeans troués d’Iggy) est arrivé à Paris en juillet 1970, en import chez Lido Musique, j’allais tous les jours l’écouter entre 12h t 14. Rien que pour les trois premiers rockers de la première face Down On The Street, Loose, T.V. Eyes. Et pour 1970 qui ouvrait la deuxième. Le disquaire était fou, mais je l’ai eu à l’usure. Il a basculé de Genesis à la pre-punkitude !!!!! Hé ! Hé !
Dans le juke-boxe du “Crocodile”, rue Royer-Collar, Down On The Street et 1970 en boucle à la sortie du bahut, c’était moi !
Mais le premier  LP (chez Vogue, les pressages de m…e que c’était, fouyouyou !) n’était pas encore à 10 balles dans les bacs à soldes de “Inno Montparnasse”.
L’Iguane chantait l’ennui, la baise, la défonce et le mépris, Asheton lui en fournira la bande-son. Avec une Strat, une Flyin V et un stack Marshall les potards à dix. Neuf dit la légende, mais ça change pas grand chose.
Orgiaque.
Et, Wikipédia dixit, tels Howlin’ Wolf et Hubert Sumlin’.

Ça un goût d’authenticité qui n’échappera à personne.

Ouèche !

Professor BeeB HôPô !

Professor
A propos Professor 363 Articles
- Gabba Gabba Hey ! - Hey Ho Let’s Go ! - Wop Bop A Loo Bop A Lop Bam Boom ! - Bop Bop Ba Doo Bop ! - Beedoo beedoo beedoo, beedoo wap -hun hun - Bip Bop Boum - Pom Pom Pi Dou - Papa Mmm Papa Mow Mow - M'enfin

10 Commentaires

  1. J’ ai vu Ron sur scène avec les stooges …je peux mourrir demain ça sera pas grave …j l ai entendu .. un seul de ses riff contre un empire …

  2. Hi!!!
    Décidément, nous partageons beaucoup de délires et de sons cher Prof et chez Siamese Dogs Records, nous sommes à l’écoute puisqu’une surprise de taille devrait voir la lumière du laser au prochain anniversaire du départ de Ron de cette nébuleuse ingrate, prétentieuse et inculte.
    Cher membre n° 4, je crois que l’hommage s’impose. Non ??!!!
    Sinon, il me semble que le 1er article de fond (6 pages) sur les Stooges écrit par Philippe Garnier avec des photos, double et pleine pages signées Mogane, dans “Rock & Folk” (à l’époque mythique et des “grands”) est antérieur à toute “manifestation stoogienne” qui a suivie la “mort imméritée” de “Raw Power”. Merci pour ta fidélité très stoogienne !!!
    Keep on stoogin’!!!!!!

  3. Bel Article! bel Hommage ! new order new race est aussi un bel album ou Ron fait une bel démonstration du son Asheton!WhaWha!

  4. Iggy arriviste ? On lui pardonne quand même. A mon avis c’était quand même le seul groupe a ne pas être ridicule en re-formation !
    Ron nous manque même avec le retour du Si-li-con-é Williamson !

    • N’oublions pas qu’Iggy roule en Rolls, qu’il a une villa à je sais plus combien de millions et qu’il s’est commis avec Houellebecq !!! Mais que tout ceci ne nous fasse oublier que c’est l’une des plus voix depuis 40 ans et des brouettes !!! Donc on peut lui pardonner, encore que …. mais Asheton ne serait jamais tomber aussi bas !! Williamson idem itou d’ailleurs !!!!!

  5. Merci pour lui ! On a tendance à l’oublier en faveur du chanteur du groupe… Qui l’a usé lui et son frangin jusqu’à la corde… Merde, même pour Raw Power il a été obligé de les réembaucher !!!
    Et Ron à la basse, ben c’était pas un branque non plus !

    Bon allez, la prochaine fois je réagis à ton post sur les Ramones !

    Cheers et porte toi bien !

    • Ron Asheton, c’était une poigne de fer dans un gant de fer. Mais, et on l’oublie un peu trop souvent, la section rythmique des Stooges est, à mon humble avis, l’une meilleures que le rock ait comptée. Un gant de velours pour une poigne de fer ….
      Et quand Iggy les délaissera pour son grand cirque berlinois et ses bouffonneries débilitantes, la messe était dite.
      Il mettra 25 ans à comprendre qu’il n’y avait qu’un seul groupe qui pouvait le soutenir. Et qu’il n’y avait qu’un seul chanteur pour ce groupe…..

  6. C’est un méga-fan des Stooges qui parle Beeb :
    J’adore ton article, t’as tout compris !
    On se sent moins seul … merci 1000 fois !!!
    Hermann

2 Rétroliens / Pings

  1. HeRMaNN SCHWaRTZ, LeS oPeNeRS et MéTaL uRBaiN | BoP-PiLLS
  2. Gibson, Best Guitarists Of All Time | BoP-PiLLS

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*