GéRaRD HeRZHaFT

On a tous lu, nous, les blues aficionados, ne parlons pas des cajun-blues-country lovers, un livre de Gérard Herzhaft. Tenez moi par exemple. J’ai commencé, tout p’tit déjà,  avec son « Que sais-je » « Le Blues ». Puis, je me suis rudement documenté dans son « Encyclopédie du Blues » (Albert King en couv’ )!. Pour, ensuite, apprendre des tas de choses singulières sur “John Lee Hooker” que je croyais pourtant connaître sur le bout des doigts.

Herzhaft, c’est un phénomène. C’est, comme il est dit sur son site, un mixe très savant entre l’érudition et le feeling.
Mais c’est aussi une sorte de couteau suisse (ou un Dremel, pour les bricolos) dont le manche, le tronc commun si l’on préfère, est la musique américaine country et blues, en passant par le cajun comme c’est dit plus haut.
En le poussant un peu, vous pouvez allez jusqu’au rockabilly, ultime retranchement. Mais pas plus loin. Plus loin, c’est niet, c’est au-delà de ce qui lui est humainement supportable, auditivement parlant s’entend.
Remarquez, ses œillères (qui n’en a pas ?) le rendent éminemment sympathique. Ça témoigne d’une certaine droiture, ce qui est et devient de plus en plus rare. Classe.

Tout comme le couteau suisse, Herzahft, est multi-tâches. Musicien, historien, musicologue, romancier… Il a même été bibliothécaire ! C’est pas mal pour une seule fine lame !! Ce qui, au bout du compte, en fait une sommité incontournable qui a publié trente ouvrages, essais et romans. Chez de nombreux éditeurs, et pas des moindres, en général les plus prestigieux. Tant qu’à faire ! PUF, Seghers, Gallimard, Le Seuil, Fayard, Ramsay, Flammarion, Casterman, Larousse, Encyclopedia Universalis. Il a  obtenu trois Prix Littéraires et a été traduit en dix langues. Un total cumulé d’environ 300 000 bouquins vendus.
Il collabore à plusieurs magazines, a produit de nombreuses émissions de radio et de télévision et  dirigé la réédition de nombreux disques de blues, country music et autres musiques américaines…  Classieux.
Ce n’est pas tout : en tant que musicien, il a enregistré trois CDs sur Blues n’Trad. Dont le titre de l’un (le deuxième) « Two Brothers & A Pick » est un clin d’œil à un titre de T-Bone Walker : « Two Bones & A Pick »). Et bien sûr, il donne des concerts (de blues !) où il est accompagné par son fils David, harmoniciste de renom . Dont le site recèle un superbe dessin animé produit par… le père !!!
C’est un beau tableau pour un seul homme.
Ça en fait aussi un phénomène de longévité dans un circuit très restreint. mais un phénomène incontournable. Top classe.
Donc, GH, c’est des connaissances infinies sur pattes, une érudition ambulante incomparable.
Il pourrait en rester là. Mais ce serait limiter Herzhaft. Car il écrit des bouquins pour les mômes.

Écrire pour les enfants, c’est quasiment unique dans les domaines qui nous concernent. Très peu s’y risque. A ma connaissance, il est l’un des rares avec Patrick Verbeke qui lui aussi, mais dans un autre registre, celui de la musique, a fait la tournée des maternelles ! En tout cas, c’est une démarche qui trouve sa raison d’être dans avec ses conférences (Maison des Jeunes et de la Culture, musées, etc.). Master classe !
Une manière de passer le témoin. Mais, et bien sûr, en prêchant la bonne parole. En faisant découvrir une vérité musicale. Ce qui n’est pas le moindre de ses dons.
Car il y aussi sa capacité à écrire pour les néophytes. Une écriture simple, directe, dépouillée de tout artifice. Qui ne s’adresse pas seulement aux spécialistes et exégètes en tout genre.
C’est ça, aussi, qui rend crédible son immense connaissance des sujets abordés, en général assez pointus et très méticuleusement documentés et fouillés.
Témoins : les réponses au questionnaire.

En général, j’ai un sacré boulot pour une conformité avec la charte graphique. Mais là, j’ai  quasiment rien corrigé, tout ou presque laissé intact, telles que je les aie reçues.
Affaire classée.
Ce soin témoigne d’un certain respect pour les gens dont il parle, ça témoigne aussi d’une sacrée passion.
Et comme l’on ne parle bien que de ce/ceux que l’on aime…
Méga classe…. Classieux !
Ouèche ….

Professor BeeB HôPô

LES QUESTIONS ET LES RÉPONSES

1. Vos dix solos de guitare préférés ?
R: il y en a bien plus de dix… Ceux de Muddy Waters au début des années 50; Buddy Guy dans son album Vanguard A MAN AND THE BLUES; quasiment tous ceux de Blind Blake; beaucoup de M.T. Murphy, Tampa Red, Casey Bill Weldon; Sumlin avec Howlin’ Wolf au début des 60’s; dans la country, ceux de Merle Travis, Doc Watson, Joe Maphis, Rudy Pompeii, Hank Garland, Junior Brown; et bien sûr à la guitare hawaiienne Sol Hoopii

2. Les dix solos de guitare que vous détestez ?
R: Tous ceux de Poppa Chubby

3. Votre plus grand morceau de musique ?
R: Là aussi, nombreux : disons John Lee Hooker dans “It Serves You The Right To Suffer” sur son album Impulse du même nom

4. Le son, le bruit que vous aimez ?
R: Ceux de l’harmonica, ceux de la nature sans pollution urbaine

5. Le son, le bruit que vous détestez ?
R: Celui d’un marteau piqueur; les pétards du 14 juillet

6. Votre premier matériel ?
R: une guitare achetée 100 F en 1964 d’une marque dont j’ai oublié le nom. J’ai toujours joué de la guitare acoustique

7. Votre matériel actuel ?
R: Une Martin

8. Votre première guitare ?
R: Voir question 6

9. Vos guitares actuelles ?
R: Voir question 7

10. Votre juron, gros mot ou blasphème favori ?
R: Je n’en ai pas. Je demeure poli et civilisé autant que faire se peut

11. Vos souvenirs de musicien, le meilleur et/ou  le pire.
R: De musicien? Le meilleur: Jouer dans le Delta avec les bluesmen du juke joint de R.L. Burnside dans les 70’s pour un public entièrement noir. Le pire: un concert donné avec mon fils dans une école où tous les élèves jouaient aux cartes et écoutaient leur walkman

12. Homme ou femme pour illustrer un nouveau billet de banque ?
R: Muddy Waters

13. Le métier que vous n’auriez pas aimé faire ?
R: Contrôleur des impôts

14. La plante, l’arbre ou l’animal dans lequel vous aimeriez être réincarné ?
R: Aucun. J’espère que ma conduite exemplaire dans cette vie me permettra d’atteindre le nirvana et de ne pas avoir à être réincarné

15. Si Dieu existe, qu’aimeriez-vous, après votre mort, l’entendre vous dire ?
R: Gérard, tu as réussi avec tes bouquins et ta musique à améliorer un peu le genre humain

16. Si vous n’étiez pas marié/e et que vous puissiez faire l’amour à un/e acteur/trice, qui serait-il/elle ?
R: Anita Ekberg quand elle et moi nous étions jeunes

17. Vos projets ?
R: J’écris toujours. Actuellement, un roman sur les Vikings et une histoire complète d’un instrument de musique très mal documenté

Bop-Pills_Trait_rouge

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*