CaCa CHoCoLaT du PRoFeSSeuR CHoRoN DeVieNT HyMNe oFFiCieL De La BoPuBLiQue !

professeur choron
CaCa CHoCoLaT du PRoFeSSeuR CHoRoN DeVieNT HyMNe oFFiCieL De La BoPuBLiQue !
5 (100%) 88 vote[s]

Bop-Pills-Charlie-Hebdo-ChoronCette création du Professeur Choron, Caca Chocolat, devient, pour des raisons qui tombent sous le sens et par décret du PréZiDan, l’hymne officiel de notre Bopublique à partir d’aujourd’hui douze heures.
Afin de faciliter l’apprentissage de ce nouveau socle commun, les textes sont sous la vidéo. Quant à la musique, la dite vidéo TonTube devrait largement aider !

Rappelons que notre nouvel hymne a été composé en 1983 par le Professeur Choron et “par quelques cons” (sic !). Publié en 45 tours en avril 1985 sur le label KuKlos sous la référence ES 8540 DG 154, le single avait “Cot-Cot-Codet” en face B. Le même Professeur Choron chantait les deux faces.

Hal Véole

Bop-Pills_Trait_rouge

Bop-Pills_Trait_rouge

La terre est une crotte de nez / Que Dieu avait dans son nez / Il en a fait une boulette / Qu’il a jetée au dessus de sa tête / Tous les anges ont dégueulé / C’est comme ça que la terre est née /
Y’a rien de pire que l’ignorance / On s’instruit pendant qu’on danse

Refrain:
Cucul la praline / Caca chocolat / Cucul la praline / Caca chocolat Chocolat, chocolat, chocolat !

L’estomac des ruminants / A quatre compartiments / Dont un non-fumeurs / Attention au contrôleur / Celui qui fume dans la panse / Aura une contredanse /
Y’a rien de pire que l’ignorance / On s’instruit pendant qu’on danse

Refrain:
Cucul la praline / Caca chocolat / Cucul la praline / Caca chocolat Chocolat, chocolat, chocolat !

La femme est l’avenir de l’homme / Dit le poète quand il déconne / La femme est l’avenir de l’homme / Qu’on chante pour flatter la conne / Rien n’est l’avenir de personne / Sauf l’asticot qui consomme /
Y’a rien de pire que l’ignorance / On s’instruit pendant qu’on danse

Refrain:
Cucul la praline / Caca chocolat / Cucul la praline / Caca chocolat Chocolat, chocolat, chocolat !

Entre la bouche et l’anus / Reliés par un boyau / Soixante centimètres pas plus / De distance à vol d’oiseau / Et quand on se roule un patin / La langue est dans l’intestin /
Y’a rien de pire que l’ignorance / On s’instruit pendant qu’on danse

Refrain:
Cucul la praline / Caca chocolat / Cucul la praline / Caca chocolat Chocolat, chocolat, chocolat !

Quand on veut se suicider  / On s’allonge sur la couche / On se tire une balle dans la bouche / Mais avant de l’avaler / Faut surtout bien la mâcher / Si on veut la digérer
Y’a rien de pire que l’ignorance / On s’instruit pendant qu’on danse

Refrain:
Cucul la praline / Caca chocolat / Cucul la praline / Caca chocolat Chocolat, chocolat, chocolat !

Le supplice de la baignoire / Avec dedans du caviar / Est beaucoup plus supportable / Qu’avec de l’eau non potable / Souvent par timidité /Le client n’ose pas demander /
Y’a rien de pire que l’ignorance / On s’instruit pendant qu’on danse

Refrain:
Cucul la praline / Caca chocolat / Cucul la praline / Caca chocolat Chocolat, chocolat, chocolat !

Bop-Pills_Trait_rouge

Professor
A propos Professor 374 Articles
- Gabba Gabba Hey ! - Hey Ho Let’s Go ! - Wop Bop A Loo Bop A Lop Bam Boom ! - Bop Bop Ba Doo Bop ! - Beedoo beedoo beedoo, beedoo wap -hun hun - Bip Bop Boum - Pom Pom Pi Dou - Papa Mmm Papa Mow Mow - M'enfin

6 Commentaires

  1. Merci prof,
    je ne connaissais ces phantasmatiques modèles de toilettes qui vont me permettre de recustomiser intégralement mes toilettes.
    Comme quoi, Choron ou pas, on en revient toujours à Duchamp, père de la modernité, qui, s’il jouait aux échecs plutôt que de la guitare, nous a laissé un bref clin d’œil sur ce qu’allait devenir le XXe siècle: un urinoir, même !

  2. Oui Coluche et les dragées Fuca ont largement contribué aux renouvellements des chasses d’eau nationales et des cuvettes en porcelaine de Montqul.
    Mais n’oublions pas, n’oublions jamais que Coluche aimait beaucoup les haricots blancs qu’il appelait les Forces Françaises de l’Intérieur !

  3. Merci Chère Chi-na
    Effectivement, effectivement.
    Ajoutons quand même à cet ét(r)onnant tableau des 80ties, l’une des émissions de Canal+ (alors balbutiant) à destination des plus jeunes : Cabou-cadin, en clair : Caca boudin.
    Toutefois nos amis guitaristes, au vue de leurs diarrhées frénétiques, connaissent aussi les bienfaits du Smecta ou du pécu molletonné triple épaisseur. J’en veux pour preuve :
    http://www.bebopo.biz/sic-transit/
    http://www.bebopo.biz/royal-flush-chasse-gardee/
    http://www.bebopo.biz/le-siege/
    Ouèche !
    Prof.

  4. Finalement les années 80 étaient très “pipi-caca-popo”.

    Notons entre autres Gotainer et son ” vilain Youki qui a mangé des bouts de caca” et le célèbre ” merde in France ( caca poum caca poum)” d’ un Dutronc gomminé-lunetté-perfectosé.
    Sans oublier l’ art coluchien de repeindre les toilettes grâce aux vertus des dragées Fuca (ca).

    Preuve s’il en est : pendant que certain rendaient de vibrants hommages à la ouate, au rouge et noir et autre fadaises, d’autres avaient compris une chose , c’est que la crise nous avait déjà bel et bien rattrapés.
    Et que si sous les pavés, la plage étouffait encore et toujours , une bonne couche d’humour goudronné par dessus pouvait au moins nous éviter de déraper sur les crottes à venir.

  5. Un grand que Choron. Viré un peu vite de Charlie qu’il avait fondé, par un sombre arriviste qui a fait un peu trop parler de lui (et pas en bien) tant à France Inter qu’à Charlie. Arriviste dont l’ancien camarade de scène a fini sous les écrous avec des chefs d’inculpation gros comme ça.
    Une touche de Gotainer ? Ben oui, vu qu’il était le roi des créatifs publicitaires de l’époque, on a tous plus ou moins été marqués par lui. Donc Choron aussi.
    Et Coluche n’en parlons pas ….
    Ouèche !
    Prof.
    PS : on m’a raconté qu’un ancien animateur passait “Caca Chocolat” dans les cars remplis de gamins de la Ville de Paris. Paraît que les mômes reprenaient en chœur le refrain, que ça s’entendait de loin et que les moutards se marraient comme des bossus.

  6. C’est incroyable comme les années 80 furent prolifiques en France sur le plan de la chansonnette niaiseuse-pouètpouèt-la-rirette.
    Donc après son fameux ” greli- grelot, combien ai-je d’abeilles dans mon sabot?”, le professeur nous pond ce morceau d’antho(mo)logie , cul-cul certes, mais avec le caractère de l’époque: poético-cynique et joyeux.
    Un produit de mon imagination , ou il y a comme une touche de Gotainer dans l’air?

    Joyeuseté à tous!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*