PauL FeNeCH eT LeS MeTeoRS -“MaDMaN Roll”

Paul Fenech et les Meteors

Paul Fenech a une tendance innée à faire fuir et provoquer un rejet de greffe. Ça pourrait relever du délit de sale gueule. Sauf que chez lui, c’est chronique et c’est même une preuve de bon goût et de réussite. C’est même systématisé. Et ça fait plus 25 ans que ca dure !!! Un triomphe !!!
Du coup, peu l’écoute, peu écoute les Meteors qui sont pourtant un sacré groupe de rock, à défaut d’être un produit marketing packagé et ficelé Top  Ten. Bon, j’ai dit un groupe, mais c’est pas vraiment ça, vu le nombre  …météorique de batteurs et de bassistes qui sont passés en étoiles filantes pour accompagner Fenech. Et souvent des très bons musiciens.

Paul Fenech et les MeteorsMais Paul Fenech s’en fout. Complètement.
Il l’a d’ailleurs lui-même dit, écrit et répété, au cas où il y aurait des doutes :
[…] Don’t play my records
On your show,
Stick your opinions
Where the sun don’t go […]
En clair : “vous ne m’aimez pas, allez vous faire f….e. Et là, il est très poli ( traduction : vous n’aimez nos disques, votre opinion, vous savez où vous pouvez vous la mettre), c’est pour un disque (“You Can’t Touch Me » sur “MADMAN ROLL, Sonovabitch ROTT 90022). Sur scène, c’est pas franchement le même vocabulaire. Disons que c’est  un peu plus pimenté. Mais c’est toujours bien dit et envoyé sur le ton juste ! Evidement, il y a moins vindicatif et teigneux et il y a certainement plus consensuel et plus fédérateur…. Mais pas plus excessif.

Passés les a priori et la révulsion immédiate et certaine qu’il peut provoquer, et pour peu qu’on prête une oreille attentive à son œuvre (c’est une œuvre) Fenech est capable de composer ce qui pourraient bien être de véritables hymnes nationaux (avec des textes quelque peu réécrits, évidemment !!). Car, en outre cet homme compose avec une facilité déconcertante et prolifique et sait ficeler un CD à la vitesse du son. Ce qui explique l’ahurissante profusion de cédés du groupe. C’est vrai aussi que ça donne du pain aux fans. Et les fans, chez les Meteors, c’est sacré. Même s’ils ont des trognes de hooligans dégénérés et délabrés. Avec une dentition inversement proportionnelle à la surface d’épiderme allouée aux tatouages. Grand guignol et pas vraiment bisounours….

Paul Fenech et les MeteorsAussi sûr que sa voix sonne comme une machine de guerre rancunière et asociale, c’est aussi un formidable chanteur (écoutez comme il suit ses progressions d’accords à la quinte juste)…. Par-dessus le marché Fenech, a un véritable et redoutable don guitaristique mâtiné d’un travail inlassable. Et il sait faire balancer et rouler un thème, envoyer et construire un solo,  retomber et revenir sur le thème comme très peu le savent. C’est méga-ficelé de bout en bout. Rare chez rock’n’roll où tout n’est pas toujours carré et pas souvent calé.

C’est bien connu, c’est même un postulat : les Meteors sont les grands prêtres de la grande messe “psychobilly“. Certes. Ceci posé, on a jamais fait mieux dans le genre. Mais le psychobilly n’est-il pas l’une des vérités rock’n’roll ?
La vérité ?
Aller, va : au bas mot : une adresse punk (au sens 60ties) évidente … Avec la question sous-jacente : qu’en aurait pensé Lester Bang ?

En attendant, disons-le tout net : le psychobilly est l’incarnation rock’n’rollienne…. et comme on a jamais fait mieux que Fenech et sa horde dans l’idiome, la conclusion s’impose….
Osez prétendre le contraire… Et je le dis à Fenech !

Prof.

PS : ma mère vient de m’appeler. Elle a regardé, écouté, gentiment et patiemment. Elle aime pas. Pourtant, d’habitude, elle est assez “coule”. Mais là, c’est franchement révulsif et carrément “réédiibiii-touââârrrreee”. Qu’est-ce que je vous avais dit …..

Le site des Meteors

Professor
A propos Professor 363 Articles
- Gabba Gabba Hey ! - Hey Ho Let’s Go ! - Wop Bop A Loo Bop A Lop Bam Boom ! - Bop Bop Ba Doo Bop ! - Beedoo beedoo beedoo, beedoo wap -hun hun - Bip Bop Boum - Pom Pom Pi Dou - Papa Mmm Papa Mow Mow - M'enfin

1 Commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*