WooDSToCK eN CHiFFReS eT LeS aBSeNTS

WooDSToCK eN CHiFFReS

woodstock en chiffresLa liste de chiffres alignés ici est impressionnante. De même la progression.
Elle est extraite du livret du coffret (*) célébrant le jubilé de l’événement,  incluant des  inédits (inédits ? pas tant que ça puisque déjà vus ailleurs, soit dit en passant). Notamment Jefferson Aiplane et le sublime “White Rabbit” où Grace Slick prouvait qu’elle était l’une des meilleures chanteuses au monde du monde pour de vrai. Comme je suis sympa, je l’ai traduite comme j’ai pu, vu mes connaissances de l’anglais confirmées par mon célèbre et unique accent de Javel.

Remarquez : les commentaires du-dit coffret font l’impasse totale (pas une ligne !!) sur Ten Years After et le prodigieux medley qu’est “I’m Going Home”.
De même, rien sur l’envahissante performance des Who qui jouèrent la quasi-totalité de “Tommy”….. C’est peut-être là, alors que Townshend avait jeté  Abbi Hoffmann hors de la scène à coups de lattes et de SG, qu’ils comprirent qu’il fallait peut-être laisser un gros bout de “Tommy” sur les bas côtés. Et se recentrer sur quelques bons vieux classiques. Ça ferait mieux passer la pilule !
Encore qu’ils vinrent jouer leur rock-opera l’hiver suivant dans tous les opéras européens. Sauf à Paris, où ils se font refiler le théâtre de l’Étoile.
Rien non plus sur la panne de matos du Gratefull Dead !!!!  Pas plus que sur les Doors qui étaient pressentis, mais, paraît-il, le procès de Miami…. Densmore était quand même backstage pour Joe Cocker.
On trouve, malgré tout, le pourquoi officiel de l’absence de Lep Zep de l’affiche prévisionnelle : “Led Zeppelin were in middle of their third U.S. tour of the year at the time of the festival and, given their rapid ascension to the winner’s circle, it’s hard to believe they weren’t on the promoters’ original wish list. In the end, though, Zeppelin were otherwise engaged on Woodstock weekend, playing on Sunday night just a few hours’ drive to the east In Wallingford, Connecticut”….  C’était pas franchement un scoop, même en 1994, mais ça resituait un peu le débat…

Notez bien que ce ne sont pas les seuls dans le cas. Zappa refuse, pas convaincu de jouer dans la boue. Lennon n’arrive pas à amadouer les Beatles, mais ses offres du Plastic Ono Band sont rejetées par les organisateurs. Quant à Dylan : il reste chez lui pour s’occuper de son fils malade. Du coup, le Band évite le festival. Mais Wight les attend à la fin du mois. Et les Pierres qui Roulent ? Trop connotés pour le staff. Clapton rate le coche. Il est alors avec Blind Faith et le groupe a un contrat pour les 15 et 16 aôut à Los Angeles et Santa Barbara. Les mêmes raison contractuelles valent pour Chicago. Sauf que Bill Graham les avaient engagés. Du coup, Santana, découverte du bouclardier des Fillmore, entre en scène. Et son batteur rafle la postérité. Les Byrds refusent, pensant que ce serait un festival de plus.
L’apothéose,  la bourde du siècle : Jethro Tull qui décline, pensant que ça ne leur servirait à rien ! Et puis Ian Anderson, les hippies, c’est pas sa tasse de thé.Bon c’est vrai qu’ils se sont bien rattrapés par la suite. Etc…. Même les Moody Blues ! C’est dire ! Mieux, le Jeff Beck Group avait un contrat signé en bonne et due forme pour un passage à Woodstock. Manque de bol, le groupe splitte quinze jours avant. Les dissensions au sein de Love font que le public sera privé d’Arthur Lee. Même Joni Mitchell, qui composera le morceau Woodstock n’est pas là. David Geffen préfère qu’elle passe sur le plateau du Dick Cavett Show. L’audience sera plus forte pense t-il. Sur le court terme, oui. Sur le long terme, c’est très discutable. Iz’nit ? C’est ce qui se raconte. En fait Geffen craignait les embouteillages n’empêchent Mitchell d’être présente à temps sur le plateau. Et surprise du chef, Crosby, Stills et Nash déboulent sur le plateau les semelles engluées de la boue de Woodstock. Le Jefferson Airplane aussi. Un invité de marque du Dick Carvett Show spécial “Joni Mitchell’ est absent : Jimi Hendrix qui a balancé les dernières mesures de son plus célèbre concert à 11h. Aparté : Hendrix était déjà venu chez Cavett le 7 juillet et revient le 9 septembre où il joue la mythique SG blanche 3 micros n° de série 899617.

Du coup, les chiffres ci-dessous ne concernent directement ou indirectement que le public (pour les artistes, c’est par LA). A sa manière, chacun d’eux explique pourquoi le festival ressemblait plus à un village indonésien après tsunami qu’à la communauté enchanteresse et enchantée qu’on nous a si gentiment présentée. Une zone sinistrée pour laquelle le plan Orsec n’aurait servi à rien.
Les babas de l’époque ont compris la leçon : maintenant ils partent en congés payants en mobil home !
Ouèche !

Professor BeeB HôPô

0 poubelle sur le site du festival
1 cas de pneumonie
1 coma diabétique
1$ Prix d’un hot dog sur place avant le 16 août
1 $ Prix d’une miche de lait ou d’une pinte de lait
1 $ 60: salaire minimum des ouvriers préparant le chantier
2 heures d’attente pour faire un appel téléphonique
2 naissances du festival
2 portes de billets avec 30 entrées chacune
3 morts (une surdose d’héroïne, une rupture d’appendice et un passage par un tracteur)
3 trachéotomies réalisées
3 h16 Durée du film “Woodstock” de Mike Wadleigh (en heures)
4 $ Prix de l’acide ou de la mescaline par coup, en dollars
4 Rapports de fausses couches
6 mois de préparation avant le festival
7 minutes après 17h : Ritchie Havens lance les débats le vendredi 15 août
8 heures de route de New York à White Lake, distance de 98 miles
10 coups de feu tirés en l’air par l’agriculteur Ben Leon, qui en avait marre du bruit. L’arme un fusil 30.06
10 millions de mètres de sergé de coton bleu et de t-shirts rayés au festival
13 mois entre la performance de Jimi Hendrix et son décès
14 mois entre la performance de Janis Joplin et son décès
15 miles parcourus par un grand nombre de festivaliers qui ont abandonné leur voiture en raison de conditions de circulation extrêmes
15 $ Prix pour une once de marijuana
17 milles de circulation de bout en bout le long de la route 17B
18 $ Prix d’entrée pour trois jours
18 Nombre de médecins qui ont traité 6,0000 patients
20 Montant du cautionnement pour les personnes détenues pour possession de L.S.D. (en milliers de dollars)
Âge moyen des organisateurs de festival: Arthur Kornfeld (26 ans), Mike Lang (24 ans) et John Roberts (26 ans)
33 Nombre de personnes arrêtées pour trafic de drogue
36 infirmières ont soigné 6 000 patients
40 mn Temps d’attente le plus court entre deux groupes
50 nombres de médecins supplémentaires arrivés de New York le 16 août
50 cents requis pour acheter un hot-dog à prix gonflés dans des déjeuners près du site
51 Nombre de chaudrons de combo riz-carotte-raison fabriqués par la Hog Farm Communauté avant 3 heures le dimanche
60 Nombre approximatif de téléphones publics
65 Nombre d’autobus envoyés de New York depuis la Short Line
65 radios amateurs employées
80 Largeur de la scène (en pieds)
80 procès intentés après le festival
90% des festivaliers fument de la marijuana
woodstock en chiffres100 Nombre approximatif d’arrestations pour trafic de stupéfiants
110 jours se sont écoulés entre les festivals de Woodstock et d’Altamont
120 mn Temps d’attente le plus long entre deux groupes
150 flics volontaires
346 policiers de la ville de New York en congé ont embauché chacun pour 50 dollars par jour, rejoints par 100 shérifs locaux, plusieurs centaines de soldats et de députés de 12 comtés
346 Nombre de flics qui ont quitté leur travail le premier jour du festival
400 festivaliers ont paniqué sous les mauvais trips de L.S.D.
450 vaches en divagation pendant trois jours avec les campeurs
600 Nombre de toilettes portables
1 300 livres de conserves, de sandwiches et de fruits transportés par hélicoptères d’urgence
2366 Population de Béthel en août 1969
2500 $ Prix de 1989 des affiches utilisées pour annoncer l’événement original
4062 Titulaires de billets ayant reçu un chèque de remboursement parce qu’ils n’ont pas pu être admis
8 000 $ Prix payé en 1989 pour un billet de festival non collecté, vendu par un participant
24 000 $ demandes pour le même ticket de festival non collecté
30 000 Nombres de sandwichs préparés par le Groupe des femmes du Centre communautaire juif de Monticello et distribués par les Soeurs du couvent de Saint-Thomas
50 000 $ Pour la location du pâturage de 600 hectares de Max Yasgur
60 000 personnes attendues au festival
100 000 Nombre de campeurs
186 000 billets vendus
250 000 Nombre de personnes qui n’ont pu mettre un pied sur le site
315 000 pieds de film tourné pour le film (120 heures si montré en transparence)
320 000 Nombre estimé de personnes parties avant le passage de Jimi Hendrix
400 000 Nombre estimé de personnes ayant assisté au festival
500 000 appels téléphoniques interurbains passés le premier jour du festival
500 000 saucisses de Francfort et hamburgers consommés le premier jour
500 000 $ Le coût estimatif du festival est revu à 2,6 millions de dollars dix mois plus tard
600 000 $ de chèques sans provisions auraient été signés par John Roberts, puis couverts ensuite
1 300 000 dollars collectés en prévente

Aucune de ces données ne concerne les groupes ! Alors voici un chiffre … très significatif lui aussi : $250 000, c’est l’intégralité du salaire des groupes.
Rien que les Who – c’est bien connu depuis la sortie de Live At Leeds qui incluait un fac similé de leur contrat de Woodstock – $12 500 !!
Tous ont été acheminés par hélico, ce qui explique le ‘This one’s call I’m Goin’ Home by …. hellcopters” d’Alvin Lee lors de la présentation du fameux medley si magnifiquement filmé qu’il en chopera un melon d’enfer.
Ouèche !

Professor BeeB HôPô

(*) “WOODSTOCK” – Three days of peace and music 25th anniversary collection. Atlantic 7567-82636. 1994

P.S. : A la fin du film, les plans sur les ramasseurs de détritus et les plans sur le champ le lundi matin en disent quand même assez long. Ça pouvait même donner à penser un peu sur l’état de la planète en matière de recyclage, mais les priorités étaient ailleurs.

Professor
A propos Professor 361 Articles
- Gabba Gabba Hey ! - Hey Ho Let’s Go ! - Wop Bop A Loo Bop A Lop Bam Boom ! - Bop Bop Ba Doo Bop ! - Beedoo beedoo beedoo, beedoo wap -hun hun - Bip Bop Boum - Pom Pom Pi Dou - Papa Mmm Papa Mow Mow - M'enfin

6 Commentaires

  1. Et oui, ils sortent enfin l’intégrale (moins 1 titre je crois) 40 et quelques CD de Woodstock, pour ma part j’ai le coffret Rhino CD ainsi que DVD du 40e anniversaire plus les 2 premiers double albums, cela me suffit

  2. Ouais … et alors ?
    Musique et chiffres de toutes natures, quel rapport ?
    Moi, perso, j’aime tellement de performances de Woodstock, artistiquement parlant, que le reste je m’en bats un peu les cacahouètes:-)
    Et l’idée d’un joyeux bordel ne me déplait pas non plus …
    Philou

    • Bah mais on peut aimer les deux mon Général Arthur Lee haha : écouter sur Inter chez Mishka Assayas la saga du bidule de l’enfer qui a changé nos vies à tous ( enfin, je sais pas vous … ) tout en s’intéressant à l’envers du décor, l’un n’empêche pas l’autre, non ?
      Et puis … les prestations GÉNIALES des un(e)s et des autres resteronT, de toute façon.
      They just took us HIGHER yeah, et boum lakalakalaka boum lakalakalaka boum boum boum !!!

  3. Merci pour cet article, passionnant comme toujours. Précision zeppelinesque : ce sont Grant et Page qui refusèrent de se produire à Woodstock, ne souhaitant pour rien au monde se mêler au tout-venant bab’ et jouant déjà la carte marketing de l’élitisme (cf leur refus des 45T, la pochette du IV, etc.)..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*