TéLé PoiLS – Le MéTaL eN DeuX TeMPS TRoiS MouVeMeNTS

Une fidèle (*) lectrice m’a envoyé un lien vers le petit bijou ci-dessous qui remet bien les choses à leurs places.
Inutile de dire que j’ai immédiatement fondu, comme une savoyarde devant une raclette… Pensez donc ! Déjà rien que le nom : “Télé Poils”, trado qui fait quand même un brin mieux que “Fur TV” qui est le titre original.
Et puis, Raoul353 va être tellement jouasse….

Pour en revenir à nos moutons, en l’occurrence “Fat Ed” et sa conception bien singulière, disons couillue, du métal, y voir une attaque contre le genre serait limité, puisque l’on peut très bien imaginer la même chose avec d’autres sujets. Il suffit juste de remplacer les codes. Remarquez ça changerait l’orientation de la série….
Tout de même, “ils” devraient essayer avec le blues, tiens. Juste un épisode. Rien qu’un. Ça me dirait pas mal, tant les clichés blues ont tendance à devenir leitmotiv (poncifs ?) depuis ces deux dernières années. Ça pourrait aider le genre à se renouveler… Qui sait ?

En tout cas, sûr, côté insolence, ça fait irrésistiblement penser à ce bijou.
Mais il est vrai que le truchement de la marionnette permet tellement de choses !

Ouèche !

Prof.

(*) Nan-nan c’est pas une hallu, z’avez bien lu : il y a bien des lectrices qui lisent la prose bibopesque de manière régulière, voire même de manière très régulière. Étonnant, non ?

9 Commentaires

  1. j’adore les petites bêtes poilus ,Merci pour les subtitles, qq fois je suis bête comme un Ramones, je cherche de la profondeur dans le métal, Gloup !

  2. Je verrai bien le fouteur de merde, Sam Kinison, en faire un sketch. Il y a des passages où je l’imagine hurlant démentiellement; sa marque originale. Très drôle ! Et bien vu dans le répétitif général. Ayant parcouru toutes les scènes musicales (oui, oui, je confesse, j’ai fait des photos de Donna Summer, Earth, Wind & Fire, Queen, Kiss…. Tout cela pour pouvoir me payer les belles gueules de Nico, Lou Reed, Iggy Pop, Blondie, Patti Smith, etc…..) (sans oublier les films avec Dylan) et j’ai toujours été étonné en regardant le public du Métal composé de canons… de la beauté. Une kyrielle de cover girls, mannequins, nymphettes, à ne plus savoir où poser ses yeux. A croire que plus cela hurle, plus cela s’embellit. En totale contradiction avec le déchirement !
    Mystère !…. Grand mystère !…..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*