web analytics

THe RaMoNeS – MuSiKLaDeN – CoNCeRT iNTéGRaL –

Oct 2nd, 2011 | By | Category: BeeBoP CaTS & WiLD KiTTeNS, oN My TV Set...

Bon ben voilà. C’est une note sur les Ramones. Encooooore direz-vous ? Voui mais là, c’est du p’tit lait. Il s’agit d’un truc pas possible, un set entier tourné à Brême pour la télé allemande. Et puis, comme je le dis souvent pour d’autres choses similaires : “Je pouvais pas laisser passer ça”. Impossible. Vraiment !

Flash back
1978, année décisive s’il en est. A peine éclose, toute la vague punk commence déjà à s’effriter joyeusement. Les Pistols sont au bord du gouffre. L’ennui s’installe de manière planétaire. Les Ramones en profitent pour  prendre quelques libertés avec leurs orientations musicales premières, étant entendu que depuis sa création le groupe vise les hautes sphères… qu’il n’arrivera jamais à atteindre !
Las d’incessantes tournées, Tommy, le batteur, donne son ultime concert avec le groupe le 4 mai au CBGB’s. A peine deux mois plus tard, Marky Ramone, ex Marky Bell son dauphin, est fin prêt. Flanqué du camarade Dee Dee, après moult mémorables virées à s’en flinguer le pancréas, s’en crever le foie et s’en dilater la rate, il a ingurgité l’intégrale ramonique, soit quarante titres, anciens et nouveaux.
Ce show télévisé – un concert en fait – est la première télévision européenne des quatre vrais faux frères. C’est enregistré le 13 septembre 1978. Cinq jours après le décès de Keith Moon, ci-devant batteur des Who idolâtré par Marky, mais aussi deux jours avant la sortie du quatrième opus “Road To Ruin” dont la plupart des compositions ont été écrites en tournée, souvent sur la route. Invités par une télé bavaroise, c’est le premier show télévisé des Ramones en Europe. Le groupe balancera 21 titres en 50 minutes tout rond ! L’essentiel provient des trois premiers LP (voui !) et trois morceaux figurent sur l’album à venir : “Go Mental”, “Don’t Come Close”, “She’s The One”.

Retour vers le futur.
Commencées le 31 mai 78,  les sessions pour “Road To Ruin” se sont achevées trois semaines plus tard. Et ça devait faire mal. Car le disque fait des incursions dans des territoires nouveaux pour le gang du Queen. Mais las : conçu pour être le L.P. qui les mettra enfin au firmament des charts et du gotha, ce sera un flop commercial en regard de l’ambition affichée. Pire, à trop vouloir “explorer”, il leur fera perdre toute une fange des Ramonophiles.
Mais en cette 250ème soirée de 1978, le groupe en est à son 101ème concert pour l’année et déjà le bilan est là, laissant apparaître un solde positif. Les auditions pour le film de Roger Corman “Rock’n’Roll School” ont été couronnées de succès et les États-Unis  balayés et ratissés en long en large et en travers pendant les trois premiers mois lors d’une tournée marathon.
Depuis août des bruits circulaient déjà ici et là selon lesquels les bandes enregistrées live le 31 décembre 1977 à Londres au Rainbow taraudaient sévère. Et ceux qui ont vu le concert ne manquent pas d’alimenter le buzz qui frise la dithyrambe, confirmé par les bootlegs qui circulent en loucedé sous les cuirs.

Présent du futur
L’album, un double LP, sort officiellement le 1er janvier 1979 sous le titre “It’s Alive”. D’emblée, c’est un disque culte, l’une des cent pièces maîtresses du rock. Atomique, cohérent, euphorique, furieux. Joué sans concession pied au plancher et à brides abattues genre “branle-bas de combat, on va leur montrer qui c’est les plus forts”. L’avenir leur donnera raison. Grâce à ce joyeux tir aux pigeons, les Ramones s’imposent comme les parrains absolus d’un rock pas forcément punk. La performance est là, réelle, qui s’inscrit dans le peloton de tête des grandes tueries rock’n’rolliennes live. La simple manière dont les morceaux sont enchaînés frise le chef d’œuvre absolu ….  voire le génie !
Pour info (j’aime bien les infos !), le titre “It’s Alive” est emprunté à celui d’un nanar crypto-science fictionnesque tourné en 1973, sorti par chez nous sous le nom de code “Le Monstre est Vivant”. Réalisateur : Larry Cohen, également géniteur de “Les Envahisseurs”, une classique télévisuelle s’il en est. Les Ramones montraient ainsi qu’ils avaient une sacrée culture, ce dont personne n’a jamais douté. “It’s Alive” sera le flambeau de la reconquête des fans perdus.

C’est dire s’ils sont attendu au tournant par les promoteurs au demeurant bien sympathiques du concert bavarois. Mais bien emmerdés quand même, car les personnes recrutées pour la claque, c’est pas franchement ça. On peut même pas dire que les Ramones, elles s’en foutent, simplement elles connaissent pas.
La claque, on l’aurait bien voulu – comment dire ? –  plus Doc Martens, voire mieux, Converse si vous voulez bien. Perfecto aussi, pourquoi pas. Avec des jeans javellisés et troués tout partout surtout des genoux si possible. Mais seulement si vous en avez en magasin, sinon faut pas vous dérangez juste pour ça, on veut pas abuser !
Alors, pour dégoter un parterre plus en adéquation, la veille dans la soirée, le réalisateur et son assistant ont sillonné les rades de Brême et distribué des billets d’entrée gratos à des clampins un peu plus présentables rendant ainsi le set davantage crédible.

Le show a été rediffusé le 8 janvier 2007 sur la télé bavaroise (Bayerisches Fernsehen). Seul Marky, verra l’émission. Entre temps les trois autres, Joey, Dee-Dee et Johnny ont passé l’arme à gauche.
Sad, very sad.

Professor BeeB HôPô

Set-list : “Rockaway Beach” “Teenage Lobotomy”, “Blitzkrieg Bop”“I Don’t Want You”, “Go Mental”, “Gimme Gimme Shock Treatment”, “You’re Gonna Kill That Girl”, “Don’t Come Close”, “I Don’t Care”, “She’s the One”, “Sheena is a Punk Rocker”, “Havana Affair”, “Commando”, “Needles & Pins”, “Surfin’ Bird”, “Cretin Hop”, “Listen to My Heart”, “California Sun”, “I Don’t Wanna Walk Around with You”, “Pinhead”, “Now I Wanna Sniff Some Glue”, “Do You Wanna Dance?”, “Judy Is A Punk”, “Today Your Love, Tomorrow The World”, “Now I Wanna Sniff Some Glue”, “We’re A Happy Family”.

SuGGeSTioNS Du PRoFeSSoR

BaRNeY KeSSeL & Kay
éVeLyNe CouTaS 2/2 (RaDiCaLeS PoSTuReS - intégrale -)
MiTCH MiTCHeLL (3rd SToNe FRoM THe SuN)
MiCKey JuPP and LeGeND (By CHRiS WeLCH)
SKy SuNLiGHT SaXoN (& FiReWaLL) : "LoVe DoG"
PLay LiST aVRiL - Mai - JuiN 2009
Tags:

8 Comments to “THe RaMoNeS – MuSiKLaDeN – CoNCeRT iNTéGRaL –”

  1. Always a huge pleasure to share a full Ramones concert!!!

  2. Marvin dit :

    Ah ben là d’accord ! j’aime bien écouter les Ramones, en concert, de la bonne époque ! ça change des Bowie-clips insipides de la télé !

  3. […] Springfield, The Ramones, Buddy Guy, Bo Diddley, “Dream Boogie – The triumph Of Sam Cooke”, Jefferson […]

  4. Bopette dit :

    Po mieux j’dis Ouèche not’ Pro- fesseur ! +++

  5. Beepfuzzboppopramones dit :

    Oui merci ! Et même : Merci !! A la relecture de cet article qui date d’il y a déjà 4 ans !! putain 4 ans …je revois mes classiques …Merci mon ami, mon frère GABBAGABAHEY LET’S GO !!

  6. Pinky dit :

    Ben voilà, de la lecture et 51′ à visionner ce soir devant la cheminée
    (heu, j’ai la cheminée mais le tuyau est bouché)

  7. Pinky dit :

    Moi je dis comme Emmanuel ; y a pô d’autre mot

  8. Boisbunon dit :

    hey GABBAGAABAHEY!
    Merci Professeur!

Leave a Comment