web analytics

ReNé LeBaHR

Oct 17th, 2006 | By | Category: FReNCH BoPPeRS

Il a accepté d’ inaugurer cette rubrique consacrée aux “Frenchie But Chic”.
C’est pas facile d’être parrain. C’est une prise de risques. C’est même très casse-gueule. Et c’est en tout cas une sacrée  preuve de confiance ! Or, la confiance c’est pas une chose facile. C’est un peu comme donner sa parole. “C’est pas la donner qui compte, mais à qui on la donne”, disait Borgnine dans “La Horde Sauvage”.
Donc un grand merci.

Mais pourquoi lui en premier ? C’est que dans la très longue liste de pédagogues que j’ai vus et entendus, c’est l’un des rares qui s’amuse en enseignant. C’est presque exceptionnel.
Mais aussi parce que :
– c’est lui qui m’a donné les bases pour jouer “Quatermasse’s Stores”, cette berceuse électrifiée par Hank Marvin, berceuse que je voulais savoir jouer depuis que j’étais môme,
– il joue la rythmique de “Apache” sans se planter (essayez vous  verrez qu’il en faut dans le poignet droit),
– il est fan d’ Hendrix et il sort note pour note le solo de « All Along The Watchtower » d’un trait, bluffant,
– il a une énorme culture des petits faits divers que seul un musicien peut connaître (par exemple, les chambres d’échos en immense plaques de tôle quand les Shadows enregistraient à Abbey Road),
– un jour, parmi un stage de neuf élèves, il a stoppé net le groupe pour me faire remarquer : « Ton sol, il est pas juste, relève un peu ! Non, encore un peu ! ». Savoir repérer la mauvaise corde parmi 54, faut le faire !,
– sa méthode “Le Blues en Kit”, est l’une des meilleurs ouvrages de pédago à l’usage des futurs gunslingers,
– il m’a dit : « je te verrais bien avec une Fender ». C’était en 2000 ! Et  depuis je cherche désespérément une « Lone Star » rouge (Candy Apple Red) ou noire (Sienna Sunburst) pas chère et correcte…avec une touche en palissandre. Un sacré Graal !
Anecdotes …

Plus sérieusement. Ses stages se passent à l’ Utopia, haut lieu de la Blouzitude parisienne. Stages qui sont sanctionnés par un passage des stagiaires (à tour de rôle, pas tous ensemble, hé ! hé!) sur LA scène de l’Utopia.
Ça apprend pas mal : à se caler dans un groupe, à suivre un tempo *  et faire juste ce qu’il faut pour qu’un morceau respire et laisser de côté les redondances et les délayages inutiles. A regarder le public en face. C’est là que j’ai compris qu’en jouant debout on perdait 50% de ses moyens et que debout, sur scène, devant des connaisseurs, il restait 5% des 50. Bien plus, c’est un sacré souvenir : fouler la scène et jouer exactement là où tant de légendes sont passées !!! C’est pas donné à tout le monde.
En fait, René m’a fait comprendre que pour devenir un bon musicien, l’axiome de base est : “le silence est d’or”. Pas facile pour mézige !

Il aussi un pedigree impressionnant. Julien Clerc, Capdevielle, Robert Charlebois, Alan Stivell. Et dix piges avec Cabrel. Ce n’est pas rien !!!! Ca mérite de la considération !
Et puis comme il a du caractère, il a ses têtes ! Ca le rend très sympathique ! Allez voir sur son site comment il taille une croupière à un folkeu fabriquant de fromages de chèvres et accessoirement musicien.

Mais surtout, René LEBHAR, c’est un des rares pédagogues dans ce circuit à ne pas s’énerver quand vous n’y arrivez pas, que ça  ne veut pas venir. Il aide, patiemment, doucement, il sait laisser de côté et revenir sur les difficultés un peu plus tard, quand  c’est plus chaud.
Tout ça avec la banane en permanence.
Certains devraient en faire autant.

Prof.

Les Questions et les Réponses

Vos dix solos de guitare préférés ?
“Bleeding Heart” – Live – (Jimi Hendrix)
“All Along the Watchtower ” (Jimi Hendrix)
“Crossroads” (Cream)
“Sunshine Of Your Love” (Cream)
“Cause we’ve Ended as Lovers” (Jeff Beck)
“Hotel California” (Eagles)
“Sleepwalk” (Shadows).

Les dix solos de guitare que vous détestez ?
Tous les exploits exclusivement techniques sans âme réalisés
par les rois du tapping par exemple
(je ne connais pas les titres et pour cause).

Votre plus grand morceau de musique ?
“All Along the Watchtower” (version Jimi Hendrix).

Le son, le bruit que vous aimez ?
Le son de la Stratocaster en interposition grave ou aigu ;

Le son, le bruit que vous détestez ?
La voix de mon ex épouse.

Votre premier matériel ?
Un ampli Davoli 10 watts

Votre matériel actuel ?
Un  ampli Fender Blues de Luxe customisé par Roger Didier.
TS 9 Ibanez / TS 10 Ibanez / Bluesbreaker Marshall booster /
Noise suppressor NS 2 Boss / Delay Boss DD3 /
Sans Amp classic.

Votre première guitare ?
Une guitare acoustique Sona.

Vos guitares actuelles ?
Martin D 35 1978
Stratocaster Série L 1965
Stratocaster 1976
Telecaster Custom mappleboard 1965
Telecaster Reissue 1952
Gibson Les Paul Standard 1994
Gibson ES 335 TD 1981
Gibson ES 125 1965
Gibson SG Junior 1964.

Votre juron, gros mot ou blasphème favori ?
Il y en a tellement que la page ne suffirait pas…

Vos souvenirs de musicien, le meilleurs et/ou  le pire  ?
Le jour où je suis arrivé à Rouen à la fin du concert  de Julien Clerc (que j’accompagnais à l’époque) car le régisseur avait oublié de me  préciser que le concert était en matinée.

Homme ou femme pour illustrer un nouveau billet de banque ?
Mon ex épouse.

Le métier que vous n’auriez pas aimé faire ?
Bureaucrate.

La plante, l’arbre ou l’animal dans lequel vous aimeriez être réincarné ?
Chat.

Si Dieu existe, qu’aimeriez-vous, après votre mort,
l’entendre vous dire ?
Tu n’as pas été complètement inutile, donc je passe pour cette fois
mais ne recommence pas les mêmes conneries la prochaine fois.

Vos projets ?
Continuer de plus belle à enseigner mon instrument unique et préféré : la Guitare, enregistrer un nouveau CD, puis refaire des concerts avec mon Trio
Michel Valy (basse) et Philippe Leroux (batterie)

SuGGeSTioNS Du PRoFeSSoR

Mick aBRaHaMS 2/2
PHiLiPPe MaRCaDé : "au DeLà de FaCeBooK" !
Joe SaTRiaNi oN THe RoaD aGaiN
THe BRaNDoS - "ToWN To ToWN, SuN To SuN'' - GeRMaNy Tour 2008
THe BRaNDoS - aaCHeN - 5 décembre 2006
PLay LiST aVRiL – Mai – JuiN 2015
Tags: ,

Leave a Comment